Trésor liquide

Voici une évocation de la quête de l’eau en Afrique…

Bon voyage …Sourire

femmes au puits

Le puits

Elles avançaient en file indienne,
Long défilé de boubous colorés,
Bassine sur la tête et déhanché cadencé,
Habitées d’une grâce toute aérienne.

Elles s’en allaient tranquillement au puits
Distant de plusieurs kilomètres,
Pour compenser le manque de pluie,
Un soleil de plomb pesant sur leurs têtes.

Elles foulaient ainsi de leurs pieds nus
Le sol poudré de rouge tout craquelé,
Les herbes sèches de n’avoir rien bu
et le chemin de pierres surchauffées.

La pluie et l’eau manquaient,
depuis des mois il n’était rien tombé.
La vie autours s’était, comme arrêtée,
soumise aux besoins inassouvis de la terre assoiffée.

Alors, elles cheminaient lentement,
Ombres luisantes dans l’air brulant,
Elles savaient que ce travail serait épuisant
Pourtant, elles s’y rendaient en chantant.

Jamais elles ne se plaignaient de leurs maux
Heureuses de rapporter, aux leurs, ce joyau
Qui redonnerait vie au village, là haut,
En faisant germer le mil sous les prières du Griot.

La tâche était  rude et douloureuse
Il fallait  lancer le seau et le remonter
Débordant  d’une eau certes boueuse
Mais si précieuse et si convoitée.

Puis alourdies de leur fardeaux dégoulinants
Elles reprenaient  le chemin les ramenant
Muscles du cou verrouillés et saillants
Sous le poids du précieux liquide clapotant.

Elles avançaient en file indienne,
Long défilé de boubous colorés,
Bassine sur la tête et déhanché cadencé,
Habitées d’une grâce toute aérienne.

 

 Ndrix carre
21/02/2011

Ndrix Le puits

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Uncategorized

5 réponses à “Trésor liquide

  1. Maxime

    Vibrant hommage à ces femmes qui, comme tu le dis, ne se plaignent jamais.
    Puissent certaines, ici, se rendre compte de la chance qu’elles ont d’être nées sous d’autres latitudes…
    En tous cas, c’est par les femmes que ces contrées finiront par bouger.
    Expliquons d’abord aux hommes qu’il faut laisser les petites filles aller à l’école au lieu de porter ces bassines…

  2. quel beau poème que celui là, on les voit ces femmes gracieuses avec leur port de tête, fières et dansantes malgré leur manque de tout.
    j’aime ce voyage que tu viens de me faire faire
    merci
    bisous
    Mamie Mandrine

  3. Pingback: Le puits… « Lady France

  4. Que dire que tu ne sais déjà… tu es unique et magnifique 🙂

  5. La musique de tes mots rythme le pas de ces femmes
    pour un peu je ne serais pas étonnée de voir la kora
    le dum dum et le djembé .
    Cette quête quotidienne , ô combien vitale tu en fais un superbe poème .
    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s