Forêt enchantée

Atelier de Ghislaine : La Forêt

Une phrase imposée :” il ou elle était là, qui me regardait “

Petit clin d’œil à mon ami des mots qui m’en a soufflé quelques-uns supplémentaires pour écrire ce billet…

Brocéliande

licorne

Un peu lasse de ma longue balade en forêt
je décide de me reposer un court instant
Adossée à une vieille souche toute craquelée
Tout en admirant les pins dressés là devant

Une légère brise fait voleter mes cheveux
Non loin de moi j’entends  une source clapoter
Je goute le calme reposant du talus herbeux
A peine troublé de coassements éloignés

Je me sens étrangement bien dans cette forêt
Presque en communion avec ces chênes centenaires
Qui tendent sur ma tête un dais végétal tressé
Je m’abandonne à la douceur ambiante de l’air

Mes yeux se ferment doucement, mon esprit s’envole
De derrière les troncs sortent des elfes joyeux
Ils entament devant moi une brève farandole
Et retournent se cacher dans un bruissement soyeux

Une biche apparait tout au bout de la sente
Suivie de près par son  faon encore titubant
Même de si loin on peut voir l’amour qu’elle ressent
Et la confiance totale que lui porte son enfant

Un bruissement dans le feuillage tout à côté
Me fait tourner la tête et me laisse charmée
Elle était là, qui me regardait, étonnée
De me trouver sur son chemin pourtant discret

Blanche, presque lumineuse, irradiant sa beauté
Une licorne me jaugeait de ses yeux si doux
Semblant vouloir me faire partager ses secrets
D’éternité, de sagesse teintée d’espoirs fous

N’esquissant aucun geste de peur de la voir fuir
J’allais me contenter de l’admirer sans bruit
Mais elle me surprit encore au lieu de s’enfuir
En prenant la parole d’un timbre voilé de nuit

Sache que je ne me dévoile qu’à des êtres purs
Je t’ai reconnue  et j’ai ce message pour toi
Ta vie de solitude te semblera moins dure
En ouvrant grand ton cœur sans garder tout en toi

Avant même que j’ouvre la bouche pour répondre
La belle avait disparu sans que rien ne bouge
Je savais  que je n’aurai plus à me morfondre
Soir après soir, assise seule, dans mon canapé rouge

Il suffisait que je lui dise enfin les mots
Que peut être il attendait depuis si longtemps
Pour enfin  dissiper mes doutes au fil de l’eau
Et faire cesser une fois pour toute tous mes tourments

Une goutte d’eau s’écrase sur mon nez et me réveille
J’ai dormi mais ce n’était pas un rêve joli
Mon âme est encore emplie de celle qui me veille
Et m’offre ce sentiment de paix qui m’envahit.

Ndrix carre

26/05/2011

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

3 réponses à “Forêt enchantée

  1. Ghislaine

    Me voila encore une fois transportée au fil de tes mots
    ou du bout de ton crayon, tu nous tisses ce poeme , laissé la pour mon atelier………. Merci Ndrix………moment délicieux que de te lire…………
    bises de mon sud……….

  2. Cette fille est une fée ! J’aime me plonger dans ses récits, j’en sort rarement tourmenté, plus surement ravi !
    Un atelier ne suffisant pas, il lui faut d’autres mots… je crois que nous avons proposé trop facile, je vais réfléchir à d’autres défis !
    Bises de mon ouest !… pour tous les points cardinaux !

  3. Envoutement certain par les mots qui tissent un décor fabuleux . On se laisse porter dans cette foret de rêve , merci pour ce billet .
    Bon week end
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s