Renaissance

Renaissance

Dans les brumes diaphanes du matin qui se lève
Un cormoran étend ses ailes au vent léger
Le temps est suspendu aux plumes qui se soulèvent
Donnant à l’oiseau figé un air animé.

L’aurore se pare des teintes de cerisiers en fleurs
Et l’eau claire du ruisseau scintille de milles éclats
La journée s’annonce tranquille, emplie de douceur,
Rythmée par les trilles des oiseaux qui nichent là.

Les fragiles pâquerettes déploient leurs collerettes
Tendant vers le soleil leurs pétales allongés
Qu’une main amoureuse effeuillera peut-être
Sur cette ritournelle qu’on  chantonne à l’Aimée.

Et même les pissenlits sur le bord de l’allée
Prend des allures de Prince tout auréolés d’or
A cette heure du jour où la Nature joue la fée
Et réveille d’un coup de baguette tout ce qui dort.

Les abeilles encore toute engourdies par l’hiver
Sortent une à une de la vieille ruche bruissante
Laissant retentir leur bourdonnement dans l’air
Saluant de leur danse la saison renaissante.

                                              Ndrix carre le 25/04/2012

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s